Blog

Samedi 9 août 2003


Afficher Mon Islande, 6° jour sur une carte plus grande


Aujourd'hui, c'est une journée un peu creuse... Evidemment, nous avons toujours en toile de fond les magnifiques et nombreux paysages islandais : des montagnes noires qui passent sans prévenir au vert, des sommets enneigés dont le pied tremps tranquillement dans l'eau des fjörds, des pentes douces et vallonées qui deviennent abruptes et l'eau qui change perpétuellement de couleur, passant du bleu marine ou bleu turquoise, au marron ou au gris.

Mais la route est assez longue et difficile : nous passons pas mal de cols (dont le dernier avant d'arriver à Höfn descend à 16%). Heureusement le fait de monter dans les nuages une fois de temps en temps, d'apercevoir un petit arc-en-ciel, de pourchasser quelques moutons sur la route en les klaxonnant ou tout simplement de trouver une petite chute d'eau cachée nous suffit !

Ce matin nous nous arrêtons à Fraskrudsfjordur. C'était le fjörd des marins français à l'époque de la grande pêche. En effet quand nous arrivons, le drapeau français côtoie le drapeau islandais et le nom des rues est écrit dans les deux langues. Nous visitons le petit musée qui est fort sympathique et où nous apprenons plein de choses. Une vidéo passe en boucle : elle a été réalisée par une université bretonne et on peut y entendre la Paimpolaise... Ca fait du bien d'entendre parler français !

Avant ce village, nous sommes passés par un petit groupe de fermes particulièrement gaies (Grimnes ?) : les plastiques recouvrant les ballots de paille sont peints de toutes les couleurs, il y a deux petites chaises d'un rouge pétant sur le bord de la route et sur la rive, bien en évidence, trône un WC rempli de fleurs ! Très sympa ! Nous longeons les autres fjörds sans nous arrêter. Arrivés à Djupivogur, nous trouvons un petit coin pour manger sur le port face à la jetée. Mais le brouillard nous empêche d'avoir la belle vue panoramique sur le fjörd que nous attendions... Nous repartons donc pour une longue traite jusqu'à Stockksnes où malheureusement, une fois encore, ce qui était annoncé n'est pas là : au lieu de glaçons, ce ne sont plus que des déchets divers et des ballots de paille qui restent de la fonte du glacier. Tant pis ! Ce petit détour nous a permis de découvrir une étrange maison abandonnée dont l'entrée est signalée par une statue rouge de viking... Etrange !

Avant Höfn, nous décidons de trouver notre hôtel : il est à Nesjahverfi et nous le trouvons très facilement pour une fois ! Une fois les bagages descendus nous nous rendons à Höfn pour faire un plein d'essence et quelques achats chez Kronan. La ville n'est pas très jolie, et, samedi oblige, tout est fermé. Nous rentrons donc pour terminer nos envois de cartes postales, manger et repérer le chemin déjà parcouru. Malheureusement une mauvaise nouvelle nous tombe dessus : la responsable de la Gesthouse Aurora n'a pas reçu notre confirmation et nous n'avons donc pas de logement pour les 5 jours que nous passons sur Reykjavik... Nous sommes très déçus, mais nous allons certainement trouver autre chose. Nous allons bien dormir en pensant aux icebergs de demain !

Dimanche 10 août 2003


Afficher Mon Islande, 7° jour sur une carte plus grande


Hier nous avons bien vu que nous n'étions plus très loin du Vatnajökull, mais nous ne nous en rendions pas compte à cause du ciel très bas... Ce matin, à peine avons-nous fait quelques kilomètres que nous apercevons en face de nous une langue glacière... Il s'agit du Hoffellsjökull. Nous empruntons une piste qui semble mener à son pied, mais elle est fermée par une barrière à mouton et un panneau nous indique que nous nous y aventurons à nos propres risques et périls... Nous faisons donc demi-tour et nous nous contentons d'observer et de prendre des photos de loin.

Nous arrivons assez rapidement au Jökulsarlon. Il est tôt mais il y a déjà beaucoup de monde ! Pourtant les gens sont très silencieux et on n'entend que les cris des oiseaux et le bruit de la chute d'eau située un peu plus loin, de l'autre côté du pont. C'est étrange car c'est plus bruyant que je l'imaginais. Nous ne nous rendons pas vraiment compte de la taille des icebergs et nous nous approchons d'un côté du lac.

Nous ne le savons pas mais il s'agit du point de départ et d'arrivée des bateaux qui mènent les touristes au milieu des icebergs. Nous voyons arriver un homme en cuissardes monté sur un quad : il vient s'assurer que ce petit coin d'eau n'est pas envahit de gros glaçons... Il en tracte un avec son petit véhicule : il avait l'air minuscule mais il met beaucoup de temps à le sortir de l'eau et en fait, il fait au moins 80 cm de haut ! Au loin, nous voyons apparaître le bateau de touristes précédé par un zodiac qui se charge de dégager la voie... Enfin le bateau s'approche de la rive et monte sur le bord : il a de grosses roues... c'est assez impressionnant et même rigolo !

Un deuxième arrive un peu après. Et un troisième se prépare à partir. A chaque fois, un zodiac est envoyé en éclaireur. Les précautions prises viennent renforcer ce que nous avons lu : le lac est considéré comme très dangereux et avant, les hommes préféraient traverser le glacier à pied que de s'aventurer dessus ! Nous revenons sur nos pas, prenons quelques photos souvenirs.

Ensuite nous suivons le courant jusqu''à une première chute d'eau, puis une seconde où à chaque fois de gros icebergs viennent boucher le passage. Ici la puissance de l'eau contraste avec le calme du lac et explique le bruit qu'on entendait au départ.

Puis l'eau du lac rencontre celle de l'océan et la marée fait échouer plein de petits icebergs sur la plage. Encore une fois, séance souvenir...

Nous daignons enfin partir et quitter ce lieu magique... Il faut dire que nous sommes un peu trempés : à l'approche des icebergs, une sorte de pluie fine se dégage... Condensation ? Rencontre de l'eau douce et de l'eau salée ? Mystère !!!

Sur la route nous continuons de voir se succéder les langues de glacier. Enfin, nous trouvons une piste potable. Elle se glisse entre le Svinafelljökull et le Skaftafellsjökull... Nous voyons les langues de plus en plus près... et nous finissons par arriver au pied du Svinafelljökull. C'est étrange ! L'eau ruisselle de partout et l'épaisseur de glace paraît immense ! En fait, la glace n'est pas blanche : elle est noire à certains endroits (cendres ?), puis tapie de déchets (gravillons, cailloux, rochers) ou bleue aux endroits les plus "propres"... On aperçoit au loin des personnes qui sont sur la glace ! Impossible de faire comme eux : nous sommes sur la montagne d'en face et surtout absolument pas équipés pour ce genre d'acrobatie... A. réussit quand même à me faire faire un peu d'escalade. Nous repartons un peu rêveurs et nous arrêtons sur la piste pour prendre quand même en photo la seconde langue. C'est reparti pour 2 km jusqu'au parc national de Skaftafell. Ici nous pique-niquons, moi déguisée en El Gringo de Jacques Vabre à cause de la pluie ! Vive le hachis parmentier en poudre ! Nous découvrons également la passion d'un petit Islandais pour les bus et leur klaxon. Puis nous partons pour une ballade à pied afin de découvrir de nouvelles chutes : Hundafoss, Magmisvarfoss, Svartifoss. La dernière est particulièrement belle car elle est entourée d'orgues basaltiques. Nous montons encore un peu jusqu'à un point de vue qui nous permet de voir les 2 langues qui entourent Skaftafell (Mosarjökull et Skaftafellsjökull) ainsi que les lagunes de sable noir de Sküdararsandur qui s'étendent très loin jusqu'à l'océan. Nous redescendons trempés par une forte pluie (malgré nos magnifiques ponchos ! ) Ayant épuisé nos ressources vestimentaires et physiques, nous décidons de nous rendre déjà (16h30) à notre logement. Il est près de Fagurholmyri, à Litla Hof. C'est une dame qui nous accueille. Elle nous indique un joli petit chalet très bien équipé (kitchenette, télé ). Il y a quelques jolies maisons et une église à voir de près. Mais avant, nous décidons de ré-organiser nos sacs : nous rendons déjà la voiture demain soir...

Jeudi 7 août 2003


Afficher Mon Islande, 4° jour sur une carte plus grande


Ce matin, nous prenons notre temps après le petit-déjeuner jusque midi. Nous décollons enfin sans trop savoir où aller : nous avons l'impression d'avoir fait tout ce qu'on pouvait faire autour du lac Myvatn. Nous allons donc voir la petite église de Ljosavatn avec sa croix jaune. Puis nous en cherchons désespérement une à Laugar... Nous reprenons la piste (les travaux ont un peu avancé! ). Au lieu d'attaquer le lac par le sud, ce sera par le nord.

Nous nous arrêtons à un point de vue et nous nous retrouvons de nouveau face au cratère noir et imposant du Hverfjall : nous décidons d'aller le gravir. Le temps de demander l'accès à une charmante demoiselle (en fait nous l'avions vu, mais nous n'osions pas ouvrir la barrière à moutons ! ) et nous y sommes ! Nous remarquons un sentier de randonnée qui amène jusqu'à Grjotagja, une grotte remplie d'eau chaude. C'est décidé : nous en profiterons pour nous échauffer avant de monter sur le cratère. Sur le chemin, il n'y a presque rien autour de nous, à part des rochers de lave et cette espèce de sable noir qui semble également constituer le volcan. Il y a aussi quelques bouleaux qui réussissent à s'élever un peu du sol, souvent par bouquets. Nous arrivons : en fait, la grotte existe grâce à une cassure dans le sol. L'eau y est totalement transparente et A. voit de petites algues. Il y a par endroits des reflets bleus : C'est très joli !

Le chemin du retour nous permet de ne pas perdre le rythme... car c'est une sacrée ascension qui nous attend : la pente est raide ! Quand nous arrivons en haut, je suis complètement essouflée mais la vue est superbe : nous avons la totalité du lac Myvatn sous les yeux. C'est impossible de retranscrire cela, même en photo ! Nous apercevons également la faille dont nous revenons, et la montagne ocre qui annonce les solfatares. A l'intérieur du cratère, il y a une sorte de pyramide qui nous paraît petite, mais lorsque nous apercevons à son sommet des personnes aussi petites que des fourmis, nous réalisons qu'elle doit être assez haute ! Nous entamons le tour du cratère. Arrivés à peu près au milieu du trajet, la descente dans le cratère s'adoucit. A. aimerait y aller. Je ne suis pas très partante... mais nous finissons par descendre ! Ca n'est pas évident : le sol est sablonneux et il nous arrive souvent de glisser... Arrivés en bas, nous remarquons encore une fois combien nous sommes petits face à la nature ! Des gens sont passés là avant nous, ils ont laissés en cailloux des messages d'amour en lettres majuscules géantes. Nous avançons vers la "petite" pyramide et commençons à la gravir, mais je laisse A. continuer seul et je me repose, assise sur un gros rocher. La remontée s'avère beaucoup plus difficile et nous devons faire plusieurs pauses pour reposer nos jambes et reprendre notre souffle !

Après cette grande promenade de 2 heures, nous retournons vers Reykjalid pour visiter une seconde grotte d'eau chaude (Storagja). Elle est moins intéressante car on ne peut pas atteindre l'eau. Par contre, on se rend bien compte de la fissure, les rochers tenant en quelque sorte en équilibre les uns sur les autres... Il commence à pleuvoir et nous commençons à rentrer vers l'hôtel (65 km nous attendent encore), mais d'un seul coup, nous apercevons le panneau indiquant Dimmuborgir.  Nous faisons encore un peu de marche et même un peu d'escalade pour observer d'étranges formations de lave dont certaine font penser à des arches. Très fatigués, nous reprenons le chemin de l'hôtel (et re-piste ! ) pour nous offrir de nouveau un bon repas au resto, avec en prime un bon dessert ! Nous discutons un peu avec la réceptionniste avant d'aller nous coucher : elle est très gentille !

Lundi 11 août 2003


Afficher Mon Islande, 8° jour sur une carte plus grande


Ce matin nous partons un peu plus tôt que d'habitude car nous avons beaucoup de route à parcourir et nous devons rendre la voiture avant 18h. C'est un peu dur car la veille nous avons sympathisé avec Beate et Daniel, deux allemands, ainsi qu'avec deux françaises qui sont arrivées assez tard... Nous déjeunons à la ferme et pouvons ainsi découvrir la décoration plutôt kitsch de la maison. Nous nous arrêtons d'abord à Kirkjubaejarklaustur mais il est trop tôt, tout est fermé. Nous apercevons juste l'église qui a été reconstruite en l'honneur du pasteur Jon Steingrimson. Nous repartons donc pour Vik. Nous traversons l'Eldhraun, une coulée de lave de 60 km de long sur 23 km de large... Il pleut... C'est un paysage sinistre ! Nous nous approchons du pont qui a été arraché par la coulée de boue de 1996 et dont les 2 côtés torsadés gisent sur le sol. Il y a beaucoup de marais et de courants d'eau très puissants. A Vik, nous postons nos dernières cartes postales. Nous montons jusqu'au cimetière d'où nous avons une très belle vue sur les pierres basaltiques qui s'élèvent près de la falaise, dans la mer. C'est un village très mignon et le cimetière est reposant. Conquis par le calme et la beauté du coin, nous décidons de nous arrêter de l'autre côté de la montagne à Reynir puis Dyrholaey. A Reynir nous marchons jusqu'à la plage de sable noir et nous arrivons au pied de la falaise où se trouvent des orgues basaltiques. La mer est juste à côté de nous et la marée est très forte... Encore un souvenir magique ! Juste en face, il y a le phare de Dyrholaey. Mais nous ne pouvons pas y aller à pied : un bras de mer sépare les deux lieux, nous devons reprendre la route. Nous arrivons en fait dans une réserve protégée où nous pouvons à nouveau voir des macareux. On découvre également de belles arches sous lesquelles passe la mer. Un petit rayon de soleil vient nous éclairer juste à ce moment. Nous nous sentons bien, calmes et détendus ! Nous reprenons la route et décidons, par manque de temps, de zapper Skogar et sa chute d'eau : nous préférons nous rendre à celle de Seltjaland (il paraît qu'on peut passer derrière !). Nous cafouillons un peu avant d'y arriver mais nous finissons tout de même par la trouver. Et effectivement, nous passons derrière : la cavité rocheuse amplifie le bruit de la chute, et d'aussi près nous pouvons constater la puissance de l'eau lorsqu'elle atteint le bas... C'est assez impressionnant. A cause de la pluie, nous repoussons notre pique-nique qui pourtant aurait été très agréable à cet endroit, et repartons jusqu'à Hvolsvöllur. Après plusieurs tentatives pour trouver un endroit à l'abri de la pluie et du vent nous décidons de manger dans la voiture et achetons quelques cochonneries à grignoter dans un 10-11. Après cette petit pause, nous repartons pour arriver en une seule traite à Reykjavik. A partir de Selfoss, nous reconnaissons le chemin que nous avons emprunté le premier jour. Bizarrement, nous nous sentons un peu énervés à l'idée de revenir dans une grande ville... Nous sommes surtout contents de pouvoir encore profiter de l'Islande pour une semaine alors que nous aurions dû partir demain ! Nous nous débrouillons assez bien dans le trafic et retrouvons facilement la Guesthouse Duna où nous déposons tout notre bazar. Puis nous nous rendons chez Avis et rendons les clefs de notre voiture (un peu sale !) après avoir fait le plein d'essence. Deux jeunes garçons de l'agence nous ramènent aussitôt à la guesthouse. Il n'est pas encore 18h. Nous étions dans les temps et il ne s'est rien passé : nous sommes un peu soulagés. Nous repartons immédiatement en ville pour découvrir un quartier que nous n'avions absolument pas vu le soir de notre arrivée. C'est le quartier du lac Tjörnin. Là, la nature est présente et les maisons tout autour sont très jolies ! Un bol d'air pur en pleine ville. En nous aventurant un peu au-delà, nous trouvons un centre d'information dans la rue Bankastraeli qui est en travaux. Ensuite nous arrivons dans un petit square où sont exposées des photos de Yann-Arthus Bertrand. Le cadre est exceptionnel, les photos sont magnifiques et même le soleil est de la partie... Comme c'est agréable ! C'est l'endroit idéal pour retrouver nos deux Françaises de la veille... Elles sont contentes de leur séjour mais je les nargue un peu en leur rappelant que nous, nous restons encore ! Puis nous achetons une BD islandaise dans une librairie. A. se renseigne un peu et la vendeuse nous indique une autre librairie : Nexxus. Nous nous y rendons, cela nous permet de visiter une des deux rues les plus commerçantes de la ville. C'est sympa mais à cette heure tout est fermé ! Il commence à faire froid. Nous revenons sur nos pas et allons surfer 1/2 heure sur Internet à l'office du tourisme. Nous prenons quelques nouvelles de notre compte en banque et envoyons un ou deux messages... Tout va bien ! Nous rentrons tranquillement sous le soleil, nous avalons un petit bout et nous nous couchons pour une bonne nuit !

Mardi 12 août 2003

Ce matin nous nous levons assez tôt pour une visite guidée de la ville. Un bus vient nous chercher à la guesthouse et nous amène jusqu'à Loftleidir. Là-bas, nous nous apercevons qu'il n'y a que deux autres Français dans le groupe... En fait la visite est en anglais ! Nous sommes plutôt déçus : nous ne comprenons pas toujours tout... Nous nous rendons à la piscine municipale, puis au musée Armundur Sveinson, à Hallgrimskirkja (très belle et lumineuse, belles peintures à l'entrée, fauteuils originaux et design, orgue immense !) et enfin au Perlan Restaurant. Nous redescendons à pied jusqu'à la guesthouse par un petit chemin agréable qui longe la baie. Là, nous nous équipons pour manger et partons à l'aventure avec un grand sac. Direction : musée Sveinson ! L'aperçu de ce matin nous a intéressés et nous voulons visiter l'intérieur. Sur le chemin, un homme en costume hyper pressé s'arrête pour nous demander si nous avons besoin d'aide. Terribles ces Islandais ! Le musée est en fait l'habitation de Armundur Sveinson. Génial ! Les statues sont très belles et nous apprécions beaucoup leurs formes et leurs lignes abstraites et épurées. L'après-midi est exceptionnellement ensoleillé. Il y a un petit vent froid mais en marchant, nous nous réchauffons. Nous allons en centre ville pour changer les euros qu'il nous reste en couronnes. Puis nous nous balladons un peu au hasard, achetons un CD de Mum, repassons devant le lac et allons jusqu'au cimetière pour photographier la stèle dédiée aux pêcheurs français morts en Islande...

Retour en centre ville. Nous buvons un coup au Café Victor et admirons les skatters sur la place en face en mangeant un petit gâteau à la cannelle... Nouveau petit tour et examen des cadeaux potentiels à ramener: RIEN... Tout est moche ! Nous revenons à l'office du tourisme pour réserver deux places pour une pièce de théâtre en français. Nous repassons donc devant les ouvriers au travail dans Bankastraeti : et là nous voyons un vrai viking (cheveux longs, barbu et torse nu) ! Fatigués et ayant un peu mal aux pieds, nous rentrons en faisant un petit détour par Kringlan, vaste surface commerciale : mais il est 19h et tous les magasins sont fermés ! Nous prenons tout de même quelques repère... On ne sait jamais ! De retour à la guesthouse, le soleil brille toujours : nous décidons de pique-niquer dehors sur les tables de jardin. Le propriétaire vient discuter un peu avec nous : il est très sympa ! Puis lecture et un peu de rangement car à partir de demain nous ne devrions plus avoir de chambre...

Et pour finir : DODO !

Mercredi 13 août 2003

Aujourd'hui est un grand jour de plus pendant nos vacances : nous allons mettre un pied au Groenland ! Le départ de l'avion depuis l'aéroport national est à 10h10. Nous partons à pied jusqu'à ce que nous croyons être l'aéroport. Mais en fait, l'hôtel Loftleidir n'est que le départ des bus d'excursion... l'aéroport est de l'autre côté de la piste de décollage ! Nous nous dépêchons de prendre un taxi (780 ISK... ça va !) et nous arrivons dans les temps. Le guichet pour Kulusuk est déjà pris d'assaut (il n'est que 9h25). Nous voyons essentiellement des touristes comme nous. Nous passons l'étape administrative sans problème. Tout est en modèle réduit dans cet aéroport... Il n'y a que 4 salles d'embarquement, le contrôle des bagages et le passage sous le portique sont assez sommaires et il n'y a que 6 sièges dans la salle d'attente ! Nous cherchons des yeux notre guide... Il ou elle se fait très discret(e). A. est rapidement rassuré par la taille de l'avion (ça ne sera pas un coucou)... Moi, par contre, je suis toujours autant angoissée... mais je laisse passer ! Décollage, voyage et atterrisage se déroulent très bien : l'arrivée à Kulusuk est quand même un peu brutale car il n'y a pas de tarmac sur la piste, juste de la terre et des graviers ! Avant d'atterrir nous avons vu quelques icebergs : c'est incroyable d'être là !

A l'arrivée, une peau d'ours suspendue au mur nous accueille. On nous indique que l'ours à qui elle appartenait a été tué sur le parking. Brrr... Pendant le voyage notre guide s'est présentée, c'est une femme grisonnante et non l'homme sur lequel nous avions parié. Elle nous a rapidement énoncé le programme : pause de 15 minutes pour un passage aux toilettes puis marche de 45 minutes jusqu'au village. Par chance, il y a également un guide français : Quentin. Du coup, nous l'assommons de questions... mais lui est très content de nous parler car il n'a pas vu de Français depuis un bout de temps ! Tout le monde y trouve son compte. Nous passons d'abord devant l'hôtel, tout près de l'aéroport. Le décor : l'eau juste derrière, quelques icebergs puis quelques montagnes au sommet enneigé... et même un peu plus !

Nous découvrons la fleur symbole du Groenland, la saxifrage, puis une vue générale sur l'aéroport et l'explication de sa construction (encore ces sacrés Américains !). Après quelques minutes de marche, nous arrivons devant le "nouveau" cimetière. Auparavant, les personnes âgées qui devenaient un poids pour les autres allaient d'elles-mêmes s'allonger sur la banquise pour y mourir... Puis est arrivé le christianisme et le rite de l'enterrement.

Au départ, les morts étaient enterrés sous un amoncellement de pierres car le sol est dur et gelé la plupart du temps. Maintenant les corps sont entreposés dans des caisses en bois jusqu'à ce que la terre soit plus facile à creuser. Etrange pour nous, mais tout à fait compréhensible ! Quentin nous fait remarquer qu'il n'y a pas de nom sur les croix. En fait, il y a trois âmes selon les Inuits : celle de l'esprit, celle de l'intelligence et celle du nom. Ecrire un nom sur un support reviendrait à tuer le mort une seconde fois. Souvent le nom est donné à un jeune enfant pour rappeler le souvenir du mort. D'aileurs, il est arrivé qu'un père appelle sa fille du nom de sa mère et qu'il l'interpelle "maman" ! Au-dessus du cimetière nous avons une vue générale du village.

Nous passons à côté d'une épaisse couche de neige qui subsiste encore. Apparemment cet endroit est toujours enneigé. Nous arrivons au "centre-ville". Dans un bâtiment se trouvent la poste, la banque et le magasin. En face, il y a le magasin de souvenirs où nous admirons de magnifiques statuettes en bois de renne ou en corne de nerval. Il y a aussi une peau d'ours abbattu par les hommes du village. Impressionnant à voir de près ! Au loin, il y a l'école, seul bâtiment à deux étages du villages. Elle est en pleine construction. Puis nous allons dans l'église nous abriter de la pluie glacée et du vent. Il y fait excessivement chaud. Nous voyons également la pièce où les femmes travaillent les peaux de phoque et nous comprenons l'expression "puer le phoque" !!! Ensuite nous avons droit à une petite démonstration de chasse en kayak et de danse du tambour (la belle histoire d'un corbeau amoureux d'une oie). Enfin nous retournons lentement à l'aéroport en essayant de tirer le plus d'informations possible de notre guide ! Ces 4 heures nous ont paru très courtes ! Pendant le retour dans l'avion nous apercevons le Snaefelljökull de loin. Le stewart est très sympa et paraît plutôt content de nous voir parler un peu islandais. En partant, il nous dit même un petit "merci au-revoir" avec son accent !

Nous prenons le bus pour nous rendre à Kringlan histoire de faire quelques courses. Nous faisons un sacré détour, mais ça nous permet d'être au milieu des Islandais. Puis nous rentrons à pied et découvrons un nouveau raccourci ! A notre arrivée à la guesthouse, nous discutons de notre situation pour les 5 dernières nuits avec le propriétaire : finalement, comme nous disposons de sacs de couchage, nous dormirons dans l'école d'en face ! Il nous confie les clefs : c'est marrant de se dire qu'on a la clef d'une école et qu'on va dormir dans une salle de classe ! Il fait tellement beau que nous pique-niquons encore dehors. Nous goûtons la salade de pommes de terre, la salade jambon-concombre et les skyr noisette-caramel et banane-chocolat... Pas très diététique mais très innovant ! Nous visitons un peu l'école : très intéressant ! Il y a même les douches en bas...

Apparemment dans l'entrée tout le monde se déchausse, il y a des bancs, des porte-manteaux et des paniers pour tout le monde ! Nous regardons les noms des enfants et leur photo... Exténués par une telle journée pleine de contrastes, nous passons la soirée ici et préparons un bon programme chargé pour le temps qui nous reste...

Vendredi 15 août 2003

Aujourd'hui, nous partons de bon pied, prêts à affronter tous les musées de la ville ! Nous commençons par le musée qui se trouve en face du lac. Nous y trouvons des tableaux de peintres islandais du début du siècle mais aussi des sculptures, des espèces de "mises en scène" (les mouches à l'attaque ou les grands panneaux bleus ou les 3 mythes grecs revisités). Il y a aussi les photos géniales d'un déjanté (Sigridur ?)...

Nous découvrons au City Hall la carte de l'Islande en relief et grand format, et une toute petite exposition photo mettant bien en évidence les contrastes du pays. En sortant, nous tombons nez à nez avec une "tradition" de Reykjavik : un gros tas de pain jonche le bord du lac. Les enfants et les adultes se servent librement pour en jeter aux canards qui se radinent immédiatement !

Puis nous nous rendons à la librairie pour acheter un dictionnaire français/islandais : je pense que c'est impossible de trouver ça en France ! Nous prenons aussi un Monsieur Petit en islandais. A. trouve un magazine de basket, mais il est hors de prix ! Après tout cela, il est déjà tard et nos estomacs réclament pitance ! A. veut des frites !!! Nous retournons donc à Aktu Taktu où nous nous remplissons la panse de frites, hamburgers, glace et milk shake...

Il est 16h20 et il nous prend l'envie soudaine d'aller au musée qui se trouve à 2 rues de là après la "rue des Français". Le musée ferme à 17h00. La visite est rapide mais superbe ! Nous découvrons les anciens manuscrits et les reconstitutions d'illustrations. Il fait presque noir (pour ne pas dégrader les livres)et c'est vraiment un sentiment bizarre qui nous envahit face à ces objets si fragiles qui ont traversé des siècles ! Nous voyons aussi la reconstitution d'un atelier de calligraphie. Nous sortons rapidement mais tout de même contents ! Face au musée, il y a une boutique de fringues hip hop avec de chouettes survêtements ! Ca sent l'encens et partout des slogans militent en faveur de la légalisation des drogues douces, Bob Marley, etc... Quel contraste !

Il est environ 17h30 et nous sommes crevés. La pièce de théâtre, à quelques rues de là, ne commence qu'à 20h30. Nous décidons donc de rentrer, histoire de nous réchauffer avec un petit thé. Un nouvel arrivant est installé dans "notre" salle de classe et pendant que nous dégustons notre thé, le propriétaire arrive et amène une autre personne. Je me dépêche d'aller pousser nos sacs car nous nous sommes beaucoup étalés ! C'est une francophone (suisse). Elle s'appelle Céline et son copain arrive dimanche. Nous nous mettons à discuter avec elle : elle nous demande quelques conseils pour constituer son trajet... Du coup le temps passe vite jusque 19h et nous devons nous dépêcher pour ne pas rater le bus qui ne passe plus que toutes les heures ! Heureusement, tout va comme sur des roulettes et nous arrivons une bonne demi-heure en avance !

C'est marrant, le théâtre se trouve dans le prolongement d'une maison (nous pensions même nous être trompés !). Ca sent bon la cire dans l'entrée et ça paraît assez petit... Nous sommes près de l'ambassade des Etats-Unis... Nous sommes peu nombreux et beaucoup sont bilingues (un ambassadeur et ses fils ?). Nous montons dans une petite salle obscure où le décor est installé : une grande et belle carte au fond, une grande caisse au milieu qui aura de nombreuses fonctions et une espèce de cagette avec des objets à l'intérieur. La pièce est très intéressante et l'actrice joue en français, mais prononce tous les noms à l'islandaise : c'est très beau ! Elle est seule sur scène et interprète plusieurs personnages... Impressionnante ! Il y a deux autres femmes qui s'occupent des éclairages et bruitages. En sortant, nous parlons beaucoup de la pièce sur le chemin de l'arrêt de bus. Nous sommes plutôt satisfaits de notre petite journée... et nous rentrons sans faire de bruit pour ne pas réveiller nos deux nouvelles voisines de chambre... Dodo illico presto !

Samedi 16 août 2003

Nous profitons de la matinée pour explorer les alentours de la Guesthouse. Nous faisons d'abord un saut à la Maison Nordique, près de l'Université. Et nous visitons l'exposition Perlan Saga qui nous permet d'entrer de plein pied dans l'histoire de l'Islande. Nous prenons notre repas au restaurant The Deli, où on peut manger des "baguettes", mais nous choisissons la pizza et la salade de pâtes (typiquement islandais !)... En centre ville, c'est la fête partout : il y a d'abord le marathon de Reykjavik et ce soir c'est Menningarnott (la nuit de la culture). Jeux, groupes de musique, ateliers,...

Puis nous partons à la recherche d'un maillot de foot de l'équipe d'Islande. Rien dans la rue commerçante. Une vendeuse nous indique le nom d'un magasin plutôt situé en banlieue ; le problème c'est qu'on est samedi et elle n'est pas du tout certaine que ce soit ouvert... Nous nous dépêchons donc de prendre le bus, mais quand nous arrivons, la boutique est fermée. Les tee shirts nous narguent à travers la vitre. Nous maudissons le samedi ! Marre du bus, nous faisons un petit bout du trajet à pied. Nous trouvons une boulangerie sur notre chemin et prévoyons de déguster nos achats à la Guesthouse. Mais en arrivant à Hafarnhus, nous nous rappelons que c'est la nuit de la culture et nous tombons sur une chouette occasion : une projection du film Rock i Reykjavik qui retrace l'histoire des différents groupes de rock islandais. Bon, on ne comprend pas tout, mais on arrive quand même à rigoler à certains moments ! Puis nous visitons l'exposition Bad Taste au son des premiers groupes amateurs qui se lancent...

Pour l'occasion, les magasins restent ouverts plus tard et nous décidons de faire quelques emplettes à la boutique du Blue Lagoon. Nous avons choisi la bonne option car la vendeuse est très gentille avec nous, elle nous explique le système de récupération de la taxe et nous fait même quelques cadeaux bonus ! Nous retournons à la boutique Japis où nous avions déjà acheté quelques CD et nous découvrons le groupe Litli Prinsinn (Petit Prince). Très agréable !

Puis nous nous avançons vers la mer, sur une grande place aménagée pour la foule qui vient assister au feu d'artifice. Une scène est aussi installée là.

Il y a énormément de monde sur terre, mais aussi sur l'eau dans les bateaux amarrés. Du coup, après le feu d'artifice, c'est un peu la cohue pour reprendre le bus. Heureusement, nous arrivons à trouver un bus pas entièrement bondé qui s'arrête pas très loin de la Guesthouse. Nous mettons tout de même une heure à rentrer ! Une nouvelle fois, nous profitons de l'extrême gentillesse d'un passager qui nous indique où descendre. On avait lu que les Islandais étaient très froids avec les touristes : nous démentons totalement ! Les Islandais sont ADORABLES !

Jeudi 14 août 2003

Aujourd'hui : première journée où nous pouvons traîner un peu au lit ! Le lever ne se fait donc qu'aux alentours de 9h. Petit-déjeuner à la guesthouse : le propriétaire nous dit que c'est une journée à aller au musée (il pleuviotte) ! C'est un peu ce que nous avions prévu, mais finalement nous ne respecterons pas les plans ! Après une petite douche au sous-sol nous quittons donc la guesthouse vers 11h30. Sur la route nous cherchons désepérement la maison du Président qui apparemment est comme les autres (c'est peut-être pour cela que nous ne la trouvons pas !). Puis nous allons à l'office du tourisme et nous achetons 2 places pour une pièce de théâtre en français et 2 "tourist cards" qui nous permettrons de prendre le bus autant que nous voudrons. Nous commençons à faire quelques emplettes et finalement, nous décrétons que ce jeudi est réservé aux achats... les musées auront notre vendredi ! Nous achetons donc notre puzzle-macareux, quelques CD et nous allons voir le prix des bouteilles de Brennivin dans un magasin d'Etat. Nous nous achetons un petit drapeau islandais. En manque d'inspiration, nous passons tous les étages du Kringlan au peigne fin et nous trouvons un tee-shirt HardRock Café... Nous revenons en ville et essayons une autre rue... sans espoir !

Finalement, nous abandonnons et nous rentrons à la guesthouse pour en ressortir aussitôt armés de nos maillots de bain ! Nous réussissons à nous dépatouiller avec les lignes et les horaires de bus. Et nous nous baignons à 20h dans l'eau chaude de la piscine municipale alors qu'il fait 12°C et qu'il pleut ! C'est génial ! Ensuite nous allons essayer les hot spots... mais nous n'avons pas remarqué que leur température augmente au fur et à mesure. Nous nous précipitons vers le n°4 sans lire le panneau qui indique que l'eau est entre 43 et 45°C ! A. rentre jusqu'aux cuisses avec un sourire crispé... moi j'arrive à peine à rentrer les doigts de pied. Un Islandais a l'air de s'amuser en nous voyant ! Je lui demande si dans les autres spots l'eau est plus froide : il me répond que oui et qu'en général on passe progressivement de l'un à l'autre... Nous descendons donc de 2 spots (39-41°C). C'est beaucoup mieux... Nous les essayons presque tous et nous nous prélassons au milieu des Islandais ! J'adore les entendre parler ! C'est un véritable lieu social : il y a les parents avec leurs enfants, on discute entre amis ou entre simples connaissances, il y a des jeunes mais aussi des personnes âgées... J'ai comme l'impression que les tabous sur le corps y disparaissent... Tout le monde est détendu... Nous ressortons fatigués, mais bien. Le temps est gris et pluvieux. On se croirait en automne chez nous, les lumières sont allumées... Décalage...

A la guesthouse, nous nous faisons un petit repas chaud un peu expérimental (pâte à étaler dans les spaghetti !)... Le groupe de Hollandais est un peu bruyant mais apporte des rires et certains se brossent les dents dans la cuisine ! Au lit, je m'endors presque aussitôt couchée...

Dimanche 17 août 2003

Dernière journée en Islande ! Il faut en profiter un maximum... Mais ça commence mal : au petit-déjeuner, le propriétaire de la Guesthouse s'aperçoit qu'il a oublié de compter 2 nuits ! Ca fait un peu mal au porte-monnaie ! Mais pour nous faciliter le départ du lendemain, il nous propose de quitter notre salle de classe et de retourner dans une chambre pour le même prix. Encore une fois, quelle gentillesse !
Aujourd'hui, au programme : la Péninsule de Reykjanes. Nous nous rendons de nouveau à l'hôtel Loftleidir à pied et nous découvrons que le guide est le même que mardi. Et... il parle français ! Si nous l'avions su, nous lui aurions demandé une petite présentation en français la dernière fois... Nous visitons d'abord une exposition dans une usine pour nous expliquer l'utilisation de la géothermie. Puis, enfin, nous arrivons au Blue Lagoon (Bláa lónið) : c'est vraiment génial. Nous sommes dans un décor surréaliste, entourés de lave, dans une eau laiteuse et fumante. En plus, le temps est magnifique ! Nous savourons cet instant magique.

J'essaie aussi les bains de vapeur, mais ça me prend à la gorge et je ne reste pas longtemps. En sortant, malgré le passage sous la douche, nos cheveux sont tout bizarres. Il paraît que c'est à cause de la boue de silice.
Ensuite, nous découvrons le phare et l'île d'Eldey. C'est l'endroit où les plaques nord-américaine et eurasienne se rencontrent.

Sur le chemin du retour nous nous arrêtons à l'aéroport de Keflavik pour déposer quelques touristes qui rentrent chez eux. C'est un peu dur-dur... Le chauffeur nous dépose un peu avant la Guesthouse pour ne pas faire de détour. Nous achetons un petit gâteau à la station Esso (eh oui, c'est dimanche !). Nous profitons du beau temps pour pique-niquer dehors et tenter de terminer notre bouteille de gaz. De retour à l'intérieur, nous discutons avec la femme de ménage et sa fille. Puis quand nous rejoignons le propriétaire pour le payer, il nous offre le thé et la café. Il en profite pour nous questionner sur le changement de nom lors du mariage : en Islande ça, n'existe pas ! Nous lui donnons de la documentation sur la cathédrale d'Amiens et ses illuminations et nous l'invitons en France. Mais il nous avoue qu'il préfère l'Italie : au moins, là-bas les gens font un effort pour communiquer en anglais selon lui... Nous essayons de le convaincre... Mais depuis 2003 nous n'avons toujours pas de nouvelles de lui !

7468851-wow-banner-728x90.jpeg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site