Billets de mon-islande

À Reykjavik en novembre pour Iceland Airwaves (2)

Soley

We sink, Smashed birds

2011

Vous avez dit "Handbolti" ?

handball.jpgEntre la France et l'Islande, mon coeur balance...

Allez : si l'une des 2 équipes gagne une médaille, je serai contente !!!
Au boulot, les gars !

En attendant, petit article du Time Magazine sur l'importance de ce sport en Islande.

L'Islande : le pays "le plus lettré du monde !"

regis-boyer-1.jpg... ce n'est pas moi qui le dis ; c'est Régis Boyer, un spécialiste des littératures et civilisations scandinaves.

Son interview sur le site de Nabbû, librairie numérique, afin d'en savoir un peu plus sur la littérature islandaise.

À Reykjavik en novembre pour Iceland Airwaves !

Of Monsters and Men

My head is an animal, Little talks

2011

Votez pour Days of gray !

Il y a quelques semaines, j'ai participé au financement d'un film qui va se tourner en Islande et dont la bande originale sera réalisée par le groupe Hjaltalin.
Vous pouvez voter jusqu'à ce soir pour que ce film soit élu Projet du mois de juin sur le site Indiewire.
À la clef : un entretien au Tribeca Film Institute pour les réalisateurs. Alors Votez ici !

http://daysofgray.com/

Une nouvelle forme de tourisme...

Eberg

Antidote, "The right thing to do"

2009

Plus de musique dans la rubrique Musique / Musik

'Jitters' de Baldvin Zophoniasson dans les salles françaises

jitters.jpg  Un petit article du Monde avec la bande-annonce du film.

  Si le film n'est pas sorti dans votre ville, vous pouvez le regarder sur  Icelandic Cinema Online   pour 4 euros.

C'est d'ailleurs ce que j'ai fait ce dimanche, et je n'ai pas été convaincue.
"Órói", le titre original signifie "perturbation". Tout comme le titre anglais "jitter" (qui signifie "vibration, turbulence"), il est censé symboliser le choc des émotions que ressentent les adolescents à leur entrée dans la vie adulte. Mais je trouve que le réalisateur a voulu aborder trop de situations différentes. Par conséquent le film m'a semblé artificiel et superficiel. Artificiel parce qu'il paraît improbable que tant de problèmes puissent être concentrés dans un même groupe d'amis de cet âge. Superficiel, car du coup, Baldvin Z passe d'une histoire à l'autre sans vraiment s'attarder sur ce que ressentent réellement les personnages. À chaque fois, on frôle les émotions sans jamais entrer dans le vif du sujet. Et malgré la diversité des histoires, on finit par s'ennuyer !
Hélas, je n'ai pas ressenti le fameux "Órói". Trop vieille peut-être ??? ;o)
Heureusement, la chute est amusante et m'a laissé un petit sourire sur les lèvres.

  Plus de films dans la rubrique Cinéma / Bio !

Et pourquoi pas un petit court ?

last-farm.jpg
Si vous avez 20 minutes devant vous, je vous conseille de regarder ce court métrage de Rúnar Rúnarsson sur le site Icelandic Cinema Online (c'est gratuit !).
Il s'intitule The last farm (Síðasti bærinn) et il date de 2003.

C'est l'histoire d'un vieil homme qui vit dans une ferme isolée, et qui paraît un peu bougon et misanthrope au premier abord. On comprend vite pourquoi.

C'est l'histoire d'un vieil homme qui refuse le choix qu'on a fait pour lui, qui a pris sa propre décision et qui met tout en œuvre pour arriver à ses fins.

C'est l'histoire d'un vieil homme tellement émouvant dans l'amour qu'il porte à sa femme !

J'adore l'espèce de course qui se met en place dans la dernière partie du film entre la Jeep et la remorque du tracteur.
Et je trouve la scène finale tout simplement magnifique... Pas besoin de longs discours !

Plus de films dans la rubrique Cinéma / Bio !

Grandma Lo-Fi : une mamie du tonnerre !

sigri-ur-nielsdottir-1.jpgGrandma Lo-Fi

J'ai eu la chance de voir ce documentaire consacré à Sigríður Níelsdóttir à Paris en avril dernier pendant le Festival Air d'Islande. Et je dois dire que j'ai passé un moment inoubliable !

C'est un hommage de la jeune génération de chanteurs et musiciens islandais à cette bricoleuse hors pair qui fabriquait des sons avec à peu près tout ce qu'elle pouvait trouver dans sa maison (notamment dans sa cuisine !).
Elle enregistrait ses compositions elle-même sur une chaîne hi-fi, dupliquait ses cassettes et réalisait les pochettes de ses albums pour pouvoir les distribuer à ses amis ou aux membres de sa famille.

Créatrice de génie infatigable, elle a créé des tonnes de compilations pour toutes sortes d'occasions (anniversaires, fêtes de Noël, morceaux religieux,...). Elle constitue ainsi une source d'inspiration originale et inépuisable pour quelques jeunes artistes islandais qui interviennent dans le film : Sin Fang, Múm, Kría Brekkan,...

Ce que j'ai adoré surtout, c'est l'état d'esprit de ce bout de femme.
Très attachante, douce et amusante malgré toutes les épreuves qu'elle a pu vivre, elle était très ouverte aux nouvelles technologies et - mine de rien - elle suivait toute l'actualité musicale et littéraire ! Dans le film, elle discute d'ailleurs de tout avec ses jeunes interlocuteurs sans avoir à rougir. Et elle partage aussi ses secrets de fabrication sans retenue.

Elle m'a rappelé ma mamie Mireille qui ne se laissait jamais démonter et qui réparait tout avec des bouts de ficelle...

Un hommage un peu kitsch, mais sincère et touchant !

Le trailer de Grandma Lo-Fi et d'autres films dans la catégorie Cinéma / Bio

7468851-wow-banner-728x90.jpeg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×