Bifrost

Lundi 4 août 2003


Afficher Mon Islande, 1° jour sur une carte plus grande

Ce matin nous devons prendre possession de notre voiture. Nous nous tenons prêts pour 8h30, mais notre "chauffeur" arrive presque 1 heure plus tard ! Nous l'excusons facilement car apparemment il a dû récupérer d'autres personnes avant nous, et c'est le week-end des commerçants : normalement tout est fermé pendant 3 jours... Il nous emmène à la périphérie de Reykjavik et nous découvrons une bonne surprise : nous avons une voiture plus grande que prévu ! Ce n'est pas plus mal car il faut caser tous nos sacs. Une fois les clefs en main, il nous faut un peu de temps pour nous familiariser avec la signalisation routière... Quelques tâtonnements pour sortir de Reykjavik, et c'est parti !

Nous nous dirigeons vers Hveragerdi. Nous commençons à monter un peu en altitude. Un peu avant le village nous nous arrêtons sur un petit promontoire d'où nous avons un beau point de vue : le village en contrebas, les montagnes sur notre gauche avec leurs étranges fumées et leurs petites cascades, et à droite la mer. C'est magnifique !

Par contre, le soleil est encore caché et le vent qui souffle est glacial... Je me retrouve habillée comme en plein hiver : 2 pulls, 1 manteau, 1 bonnet et 1 paire de gants !!! Quel look ! Puis nous descendons vers le village et nous dirigeons vers Selfoss pour faire nos premiers achats : 1 bouteille de gaz et 3 bouteilles d'eau islandaise ! Nous en profitons pour jeter un coup d'oeil à l'église de l'autre côté du pont et nous constatons que le courant est très fort !

Après cette petite liberté prise dans notre programme, nous suivons les conseils du roadbook et nous nous dirigeons vers Kerid. C'est un cratère qui renferme maintenant un petit lac. Il y a peu de touristes à cet endroit et nous prenons notre temps pour apprécier ce paysage splendide. Nous descendons au bord du lac par un petit chemin et A. aperçoit des poissons et des algues dans l'eau transparente. C'est un petit coin apaisant dans un cadre plutôt désolé...

Enchantés, nous poursuivons vers Geysir. En chemin, nous croisons un panneau indiquant un site à visiter : il s'agit d'une petite cascade. Nous décidons de manger ici mais suite à un problème avec la bouteille de gaz, nous repartons le ventre vide...

C'est vite oublié lorsqu'on aperçoit le jaillissement de Strokkur en arrivant en voiture. Là encore nous prenons notre temps pour savourer cet instant magique. Quand Strokkur jaillit, le bruit est impressionnant.

On voit l'eau retomber puis réintégrer le trou qui s'était vidé. Bientôt l'eau remonte et se gonfle de temps en temps jusqu'à exploser de nouveau. On dirait une casserole géante !

Nous allons également voir le grand-père Geysir qui est endormi. Il est au moins trois fois plus grand que Strokkur et nous ne pouvons pas nous approcher très près : le périmètre de sécurité est beaucoup plus large et nous laisse imaginer la puissance du jaillissement !!!

Nous retournons vers Strokkur pour essayer de faire une photo ; à ce moment une pauvre touriste bien sagement assise sur un banc se fait arroser par les retombées d'eau : le vent lui a joué un mauvais tour ! Puis nous allons acheter quelques cartes postales. Le vendeur est tout étonné que nous lui disions bonjour en islandais... Du coup, lorsque nous repartons il nous lance certainement une formule de politesse en islandais... que nous ne comprenons pas ! Mais ce n'est pas grave, c'est génial !

Nous reprenons la route, direction : Gullfoss. Depuis le parking, nous apercevons un véritable nuage de fumée... en fait, c'est de l'eau : le k-way va nous être bien utile ici. La chute est énorme ! et nous pouvons nous approcher assez près. Les forces de la nature nous sautent aux yeux, tout est démesuré et nous nous sentons tout petits.

Fatigués par tant d'émotions nous reprenons la route vers le parc national de Thingvellir. Là, nous faisons notre première expérience de la piste islandaise ! Jusque là nous étions restés sur la route goudronnée (n°1). Nous sommes désormais sur la route (?!) n°365 qui non seulement n'est pas goudronnée mais également pas droite du tout: nous montons le col de Lyngdalsheidi !!! Après cette épreuve (!) nous sommes totalement exténués (surtout A.) et nous nous contentons d'observer le parc depuis la voiture. Nous apercevons tout de même les larges failles qui traversent le sol... Une fois de plus c'est impressionnant !

Un long chemin nous attend encore puisque nous décidons de longer le fjörd Hualfjördur au lieu de prendre le tunnel qui nous permet de l'éviter. Nous roulons donc au bord de l'eau pendant plusieurs kilomètres dans une atmosphère assez étrange : le ciel est bas et sombre, il y a de grandes montagnes tout autour de nous et les rares autochtones que nous rencontrons sont les moutons ! Nous passons devant de grosses cuves qui défigurent le paysage : apparemment ce sont des réserves de pétrole. Enfin nous atteignons la côte et le ciel s'éclaircit. Nous avons même droit à de beaux rayons de soleil pour longer le Borgafjördur et traverser le pont jusque Borgarnes. Nous nous arrêtons pour prendre de l'essence : nous avons déjà fait plus de 300 kilomètres ! Le gérant est très sympathique : il nous aide à choisir notre bouteille de gaz, puis nous offre le pain (parce que selon lui il date de la veille) et enfin, il nous manque 100 couronnes pour faire l'appoint, mais il nous dit que ce n'est pas grave et nous laisse partir ! La gentillesse islandaise nous surprend : nous ne sommes pas habitués en France !

Nous pensions dormir à Borgarnes même, mais nous découvrons que l'hôtel est encore à une trentaine de kilomètres d'ici ! Nous reprenons donc la route et nous retrouvons de nouveau dans un paysage de film : d'immenses étendues de lave recouverte de mousse verte, d'un vert très pâle.

C'est sur cette route que j'aperçois sur une pierre une petite maison peinte en rouge... certainement une maison d'elfe !!! Nous nous retrouvons dans la montagne. L'hôtel est à Bifröst, autant dire au milieu de nulle part ! Nous nous rendons compte que c'est une école aménagée en hôtel pour l'été : il y a les photos des élèves par promotion depuis 1955 ! Nous nous amusons bien à comparer les différentes modes... Les années 70 marquent particulièrement A. qui se fait un copain du nom de Palmi !!! TERRIBLE ! Il est tard et le restaurant ferme bientôt... Nous prenons notre matériel de campement et nous offrons un petit repas champêtre à côté du terrain de foot. La nourriture déshydratée n'est pas terrible et l'eau met un temps monstre à chauffer mais nous sommes affamés et le paysage est tellement beau ! Sur le terrain, des enfants (garçons et filles) jouent au foot. Un d'entre eux porte le maillot de Pirès ! D'un seul coup, nous entendons un grand "Magnifique" crié par un garçon qui vient de marquer un but. Transis de froid, nous rentrons faire notre petite vaisselle. Puis nous nous décidons à écrire quelques cartes postales : encore une grande partie de rigolade. La carte destinée à Henri est une grosse farce ! La télé marche à côté de nous... Nous allons enfin nous coucher. Malgré la présence d'un ronfleur dans la chambre d'à côté, nous nous endormons sans aucune difficulté !

Mardi 5 août 2003


Afficher Mon Islande, 2° jour sur une carte plus grande

Nous quittons Bifröst vers 9h00. Nous devons monter plusieurs cols et longer 3 fjörds. Nous nous arrêtons une dizaine de kilomètres plus loin pour photographier un site magnifique : la route traverse une sorte de désert de mousse verte baigné par les rayons du soleil et au loin s'élèvent 2 ou 3 montagnes au sommet desquelles on peut voir de la neige... une jolie cascade vient agrémenter cela : rien à ajouter !

Nous reprenons la route pour une bonne heure et nous nous arrêtons à Blönduos. Première étape : la poste où nous achetons quelques timbres de collection. Puis nous garons la voiture au bout du port et nous montons à pied vers un point de vue terrible. Nous surplombons le fjörd, en face l'autre rive est noire, l'eau est d'un bleu pur et le vent nous fouette le visage.

Trois chevaux viennent à notre rencontre mais ils se rendent vite compte que nous n'avons rien à leur proposer ! Au retour, ils nous ignorent royalement !

Nous repartons pour un long trajet. Nous ratons Vidimyri (route trop "galet-euse" ) et nous cafouillons un peu avant de trouver le musée architectural de Glaumbaer. On peut y visiter les maisons en tourbe recouvertes d'herbe. Les Islandais ont le goût du réalisme : ce sont de vrais jambons qui sèchent à l'air libre dans le cellier !!!

Enchantés et malgré les galets, nous décidons de retrouver Vidimyri, sans regret ! Il s'agit d'une petite église, elle aussi construite en tourbe et recouverte d'herbe : elle est toute mignonne.

Nous décidons d'y pique-niquer. Nous n'avons pas de chance car 2 cars de touristes arrivent successivement... Mais ils repartent vite et le soleil se lève. Une petite rivière coule juste à côté de nous... A. s'essaye au dessin pendant que je me mets à écrire. Moment de détente très apprécié !

Mais il faut reprendre la route pour une longue étape : 100 kilomètres dans les montagnes jusqu'à Akureyri... Mieux vaut ne pas avoir le vertige ! Le ciel s'assombrit mais il ne pleut pas. La ville est assez grande et nous ne trouvons pas notre hôtel Edda : nous nous réfugions à l'office du tourisme... Après quelques détours (travaux) nous trouvons enfin et nous nous installons. Nous ressortons immédiatement pour une longue marche à pied. La rue commerçante est déserte : les magasins sont presque tous fermés. Les restaurants sont peu nombreux, peu attrayants (pas vraiment de spécialités) et plutôt chers. Suivant les recommandations du dépliant de l'office tourisme, nous allons vers le vieux port... qui est plutôt triste et pauvre. Mais deux petites filles nous accostent pour nous offrir des petites bougies qu'elles ont elles-mêmes décorées. Elles écarquillent les yeux quand on leur dit que nous sommes Français. Moment magique...

Puis nous nous mettons à la recherche du marchand de glace Brynja conseillé par une Islandaise sur Internet avant notre voyage. A. explique notre venue et il prend 1 litre de glace au chocolat ! Du coup, la vendeuse nous offre 2 petits pots de dégustation... Nous nous asseyons au bord de l'eau pour déguster notre dessert puis nous rentrons doucement à l'hôtel : une séance de cartes postales et la préparation du lendemain nous y attendent !

7468851-wow-banner-728x90.jpeg