Keflavik

Dimanche 3 août 2003

Nous arrivons enfin en Islande après un retard d'avion de 2 heures. Nous survolons la côte sud et nous découvrons un petit échantillon de ce qui nous attend en bas : c'est d'abord un glacier qui nous saute aux yeux, puis les côtes noires et déchirées ; ensuite viennent les champs et les habitations éparpillées qui nous paraissent minuscules ; enfin nous découvrons un nombre impressionnant de cours d'eau dont certains sont immenses.

Nous amorçons la descente sur Keflavik : l'aéroport n'est pas très grand, mais il est entouré de terrains sans fin qu'il partage avec l'aéroport militaire. Nous changeons notre monnaie et nous retrouvons avec 67000 couronnes islandaises ! Nous récupérons nos (lourds et nombreux) bagages et sortons sans problème, malgré la nourriture que nous avons ramenée de France : à vrai dire, nous sommes dimanche, il est 17 heures, et les responsables n'ont pas l'air d'être intéressés par ce que nous voulons déclarer !

Nous nous retrouvons dans l'entrée où nous n'entendons encore que des voix françaises. Les groupes se forment autour des guides qui les attendent avec un petit panneau à la main. Malheureusement, personne ne semble être là pour nous. Après quelques minutes, nous nous décidons à interroger une islandaise qui tient un guichet dans le hall d'entrée. Juste à ce moment, un guide réapparaît ; il s'était apparemment occupé d'un groupe avant de s'occuper de nous. Il nous emmène dans un minibus et nous distribue tous les papiers nécessaires. Premier soulagement : nous comprenons à peu près ce qu'il nous raconte !

Il nous emmène ensuite à l'entrée de Reykjavik (à une cinquantaine de kilomètres de l'aéroport), dans une guesthouse charmante. En fait, il s'agit presque d'un hôtel : il y a de grandes chambres, un coin télé-salon et des sanitaires communs (douche+toilettes+lavabos). Exténués, nous nous allongeons et dormons environ 1h30.

Quand nous nous réveillons (vers 20h30, 21h), nous décidons d'aller explorer Reykjavik. Nous sommes assez éloignés du centre ville, mais tant pis ! Nous avons un petit plan, mais nous nous repérons facilement grâce à l'église qui s'élève en plein centre. Depuis le chemin que nous empruntons, il y a une vue magnifique et irréelle de Reykjavik : on aperçoit juste derrière les maisons une immense montagne noire au pied de laquelle il y a de la fumée... Il fait très beau, la vue est dégagée et la lumière est douce et feutrée...

Nous nous dirigeons vers la mer. Tenaillés (!) par la faim, nous nous décidons à manger dans un petit snack local AKTU TAKTU. Le premier contact avec les Islandaises est plutôt agréable. Leurs sandwiches sont plutôt bons. Il y a des carafes d'eau avec glaçons à côté des habituelles serviettes et pipettes de nos MacDo ou Quick. On peut se servir à volonté.

En sortant, le temps s'est rafraîchi. Malgré cela, nous allons découvrir l'église et repérer la Guesthouse Aurora. Il est déjà tard et nous ne voulons pas déranger la propriétaire. Nous reprenons donc le chemin de la Guesthouse Duna. Le soleil se couche lentement...

Dimanche 17 août 2003

Dernière journée en Islande ! Il faut en profiter un maximum... Mais ça commence mal : au petit-déjeuner, le propriétaire de la Guesthouse s'aperçoit qu'il a oublié de compter 2 nuits ! Ca fait un peu mal au porte-monnaie ! Mais pour nous faciliter le départ du lendemain, il nous propose de quitter notre salle de classe et de retourner dans une chambre pour le même prix. Encore une fois, quelle gentillesse !
Aujourd'hui, au programme : la Péninsule de Reykjanes. Nous nous rendons de nouveau à l'hôtel Loftleidir à pied et nous découvrons que le guide est le même que mardi. Et... il parle français ! Si nous l'avions su, nous lui aurions demandé une petite présentation en français la dernière fois... Nous visitons d'abord une exposition dans une usine pour nous expliquer l'utilisation de la géothermie. Puis, enfin, nous arrivons au Blue Lagoon (Bláa lónið) : c'est vraiment génial. Nous sommes dans un décor surréaliste, entourés de lave, dans une eau laiteuse et fumante. En plus, le temps est magnifique ! Nous savourons cet instant magique.

J'essaie aussi les bains de vapeur, mais ça me prend à la gorge et je ne reste pas longtemps. En sortant, malgré le passage sous la douche, nos cheveux sont tout bizarres. Il paraît que c'est à cause de la boue de silice.
Ensuite, nous découvrons le phare et l'île d'Eldey. C'est l'endroit où les plaques nord-américaine et eurasienne se rencontrent.

Sur le chemin du retour nous nous arrêtons à l'aéroport de Keflavik pour déposer quelques touristes qui rentrent chez eux. C'est un peu dur-dur... Le chauffeur nous dépose un peu avant la Guesthouse pour ne pas faire de détour. Nous achetons un petit gâteau à la station Esso (eh oui, c'est dimanche !). Nous profitons du beau temps pour pique-niquer dehors et tenter de terminer notre bouteille de gaz. De retour à l'intérieur, nous discutons avec la femme de ménage et sa fille. Puis quand nous rejoignons le propriétaire pour le payer, il nous offre le thé et la café. Il en profite pour nous questionner sur le changement de nom lors du mariage : en Islande ça, n'existe pas ! Nous lui donnons de la documentation sur la cathédrale d'Amiens et ses illuminations et nous l'invitons en France. Mais il nous avoue qu'il préfère l'Italie : au moins, là-bas les gens font un effort pour communiquer en anglais selon lui... Nous essayons de le convaincre... Mais depuis 2003 nous n'avons toujours pas de nouvelles de lui !

7468851-wow-banner-728x90.jpeg